L’antisepsie des mains

0
65
L’équipe soignante et le patient peuvent constituer une source de contamination par un micro-organisme pathogène. L’un comme l’autre ne peuvent être qu’un agent vecteur d’un micro-organisme pathogène sans manifester les symptômes d’une infection (agents vecteurs asymptomatiques).
La transmission d’un agent infectieux peut se produire :
– de patient à patient par l’intermédiaire des mains du praticien ou par les instruments ;
– du patient au praticien ;
– du praticien au patient.

Dans ces cas, deux formes de voie de transmission se présentent : transmission par contact ou par air (dissémination aéroportée ou « droplet infection »).
La voie de transmission par contact est la forme la plus fréquente : dans ce cas, un très grand nombre de germes peuvent être transmis en une fois.
On distingue ensuite le contact direct (praticien-patient) et le contact indirect, qui est le plus fréquent (praticien-surface/instrument-patient).

Le nouveau contexte légal, mis en place ces dernières années, implique une obligation de moyens vis à vis du risque de transmission d’agents microbiens potentiellement pathogènes.

75 à 90 % des infections nosocomiales sont dues à une transmission manuportée de bactéries.

L’hygiène des mains

Afin de prévenir les risques de transmission croisée des infections et dans la mesure où le statut infectieux du patient est le plus souvent inconnu du praticien, il est indispensable de respecter les mesures d’hygiène. Celle des mains et de la tenue en sont les règles de base.
L’hygiène des mains se définit comme le traitement des mains par un savon liquide non médicamenteux ou par un produit (gel, savon ou solution) ayant un spectre d’activité antimicrobien ciblé sur les micro-organismes de la flore cutanée afin de prévenir l’infection.
Les germes présents sur la peau peuvent être classés en deux groupes : une flore permanente ou résidante et une flore transitoire.
La virulence de la flore résidante est peu élevée. Elle n’est en général pas la cause d’infections croisées, sauf en cas d’interventions invasives.
La flore transitoire comprend la flore provenant des personnes et des objets environnants. La composition de la flore transitoire dépend des divers contacts auxquels est soumise la peau et est par conséquent très variable. C’est cette flore transitoire qui est le plus souvent la cause des infections croisées.

Le port de gants à usage unique ne dispense pas du lavage/friction désinfectant(e).

Précautions préalables

  • Les ongles des mains doivent être coupés courts, sans vernis ;
  • le port de bijoux aux mains et aux poignets peut être cause de blessures, offrir des niches aux micro-organismes et présenter un obstacle au lavage des mains ;
  • les avants-bras doivent être dégagés ;
  • une crème pour les mains doit être régulièrement utilisée, en vue de maintenir la peau saine.

Lorsque les mains sont visiblement propres, non souillées par des liquides ou des matières organiques, sèches et en l’absence de talc ou de poudre, le Comité Technique des Infections Nosocomiales (avis du CTIN du 5 décembre 2001) recommande de réaliser une friction des mains avec une solution hydroalcoolique en remplacement du lavage des mains.

Lavage et désinfection des mains : objectifs

Quelle que soit la méthode de traitement choisie, la peau de la main ne peut jamais être « stérilisée ». On peut, au mieux, en réduire le nombre de micro-organismes. Le choix du type de lavage se fera en fonction du niveau de risque infectieux qu’implique le soin (voir tableau ci-après).

On distingue trois types de lavages des mains (simple, antiseptique et chirurgical) et deux types de désinfections (friction simple et chirurgicale).

Risque
Exemples Lavage des mains Friction avec un produit hydroalcoolique
B
A
S
– Avant un geste non ou peu invasif (prise d’empreinte…)
– A la fin d’un soin après retrait des gants
– Avant la manipulation d’objets propres, désinfectés ou stériles conditionnés
LAVAGE SIMPLE avec l’eau du réseau : mouiller les mains,
prendre une dose de savon liquide non désinfectant,
savonner : durée ≥ 15 sec,
rincer,
sécher par tamponnement avec des essuie-mains à usage unique non stériles.
TRAITEMENT HYGIÉNIQUE PAR FRICTIONS :
sur des mains sèches, visiblement propres, non souillées par des liquides organiques et de préférence non poudrées :
déposer la dose du produit dans le creux de la main,
frictionner 30 à 60 sec toute la surface des mains jusqu’à séchage complet.

M
O
Y
E
N

Après contact accidentel à mains nues, sans blessure, avec liquide bio/objet souillé
Avant un geste invasif (soins p. ex.)
LAVAGE HYGIÉNIQUE (eau du réseau)
Même technique que lavage simple
MAIS :
savon liquide désinfectant
savonner : durée ≥ 30 à 60 sec selon le produit
H
A
U
T
Avant un geste invasif avec asepsie de type chirurgicale (chirurgie endodontique, avulsion avec fraisage de l’os, implantologie…) LAVAGE CHIRURGICAL
avec une Und tatsachlich lasst sich sagen, dass « Easy Peasy Lemon Squeezy!™ » keinesfalls ein AllerweltsSlot kostenlos book of ra deluxe ist. eau bactériologiquement maîtrisée pour ce lavage, mains toujours au-dessus du niveau du coude ;
mouiller mains et avant-bras,
savonner mains et avant-bras, coudes inclus avec un savon liquide désinfectant (durée = 1minute/côté),
brosser les ongles avec une brosse stérile (30 sec/main),
rincer mains et avant-bras,
savonner mains et avant-bras, coudes exclus (1 min/côté),
rincer mains et avant-bras,
sécher avec 2 essuie-mains stériles.
DÉSINFECTION CHIRURGICALE PAR FRICTIONS
lavage simple des mains avec un savon liquide non désinfectant avec l’eau du réseau (≥15 sec),
brossage des ongles avec une brosse stérile (30 sec/main),
rinçage,
séchage soigneux avec un essuie-mains à usage unique non stérile,
1ère friction des mains aux coudes inclus jusqu’à séchage complet (> 1 min),
2ème friction des mains aux avant-bras (coudes exclus) jusqu’à séchage complet (>1min)

LAISSEZ UN AVIS

Entrez vos commentaires !
Veuillez entrer votre nom ici