Yoga-Thérapie n°4 – Comment relâcher les tensions du bas du dos ?

4
2458
Photo extraite de la vidéo

Protéger notre colonne vertébrale

Le capital corps est irremplaçable. Nous devons prendre conscience que le temps que nous lui accordons est extrêmement précieux.

Le corps humain n’est pas fait pour rester assis pendant de longues périodes, souvent dans une mauvaise posture (dos arrondi, colonne en torsion toujours dans le même sens, poids du corps sur une fesse, mauvais placement des pieds au sol, épaules tournées…).

A la longue cela crée un stress, des contractions qui ne se décontractent plus. Cette contraction du corps et du dos en particulier peut devenir rapidement chronique, si nous prenons pas le temps de pratiquer des mouvements de détente musculaire conscients et répétés.

Risques

Une mauvaise position du dos va entraîner à la longue une expulsion d’un ou plusieurs disques intervertébraux de leur placement naturel, causant de grosses douleurs, des lumbagos, des sciatiques…

Lorsque nous subissons des contractions chroniques ininterrompues, nous dépensons inutilement une énorme consommation d’énergie, ce qui entraîne un sentiment de grande fatigue, de courbatures dès le réveil.

Les troubles musculo-squelettiques se déclarent lorsque les sollicitations bio mécaniques quotidiennes dépassent les capacités physiques d’adaptation de l’individu. Les douleurs lombaires et cervicales concernent 40 % des chirurgiens-dentistes (enquête menée par l’Académie Nationale de Chirurgie Dentaire en 2002).

Évidemment si le bas du dos est en inflammation, cela se répercute dans l’ensemble du dos jusque dans la nuque, dans les bras, dans les doigts : nous devons appréhender notre corps de manière globale.

Le métier de chirurgien-dentiste reste une activité physiquement exigeante et ceci, malgré toutes les précautions ergonomiques essentielles qui peuvent être appliquées.

Observation

1ère étape : Observation de votre posture de travail

Comment êtes-vous positionné par rapport à votre patient ?

La position la plus physionomique est celle qui permettra de travailler le plus longtemps possible avec un minimum de fatigue tout en assurant un minimum de troubles pathologiques dans la durée, voire leur absence totale.

L’idéal étant de vous trouver dans l’alignement de votre patient afin d’éviter la torsion de votre colonne vertébrale. La position de travail doit être ressentie confortable, symétrique et relâchée (sans compression, ni tension).

Effectuez-vous des mouvements de rotation latérale du tronc pour saisir les instruments ?

Comptez le nombre de fois ou vous pivotez le buste dans le même sens pendant votre journée.

Est-ce qu’entre deux patients, vous pourriez refaire le même mouvement de rotation mais dans l’autre sens plusieurs fois de suite très lentement ?
Les pieds sont-ils au sol, les cuisses forment-ils
avec le tronc un angle légèrement ouvert ?
Où se trouve votre respiration lorsque vous travaillez? Dans le bas du ventre?

Essayez pendant les moments de travail minutieux de noter comment vous placez votre souffle.

Pratique

2ème étape : exercices sensori-moteur pour les muscles extenseurs du dos

L’objectif est de rétablir la souplesse musculaire à travers un travail somatique qui va vous permettre de conscientiser et de relâcher l’emprise du stress sur le système neuro-musculaire.

COMMENT ?
Ces exercices peuvent paraître simple à exécuter. Ils le sont. Mais la difficulté est de rentrer dans le mouvement, d’y être à 100% :

La lenteur : Pratiquer avec lenteur est indispensable en réduisant l’effort au profit de la sensibilité afin de réduire les contractions inutiles.

La répétition : En répétant les mouvements avec une attention fine. La répétition est une occasion d’observation de soi en action. A chaque répétition c’est chaque fois différent: c’est en notant les différences de sensations que l’on s’améliore. Il se développe ainsi au fil des répétitions des mouvements, une intelligence corporelle qui va permettre de relâcher l’emprise du stress sur le système neuro musculaire.

Pour cela, la sensation que procure le mouvement est très importante.

Pour résumer :
Il est essentiel de pratiquer chaque mouvement avec un maximum d’attention en respectant ces 4 étapes :

− Passez votre souris sur les vignettes pour découvrir les 4 étapes −

1

Effectuer les mouvements le plus
lentement possible

2

Amener votre souffle
dans la zone qui travaille

3

Amener une attention de douceur dans la zone qui travaille

4

Quand vous arrêtez le mouvement, vous observez les nouvelles sensations pour intégrer

En procédant ainsi vous permettez
à votre cerveau d’enregistrer ce qui se passe au fur et à mesure

Vous pouvez ressentir des douleurs la première fois, il ne faut pas s’étonner,
si vos muscles lombaires sont constamment contractés.
Cette douleur disparaitra lorsque les muscles seront détendus.

Ce qui importe, c’est la répétition et l’humeur
avec laquelle vous allez vous occuper de votre corps…

Ce premier exercice et ces quelques recommandations vont vous permettent de sentir au bout de quelques jours, des bienfaits sur l’ensemble de votre dos, et de votre état général.
Je vous conseille d’intégrer cet exercice soit le matin, soit le soir, tous les jours afin que cela devienne une pratique quotidienne.

 ♥ Soyez persévérant et doux avec vous même ! ♥

N’hésitez pas à m’envoyer vos ressentis
ou vos questions.

mail@isabelledidry.com

4 COMMENTAIRES

    • Bonjour, merci pour votre commentaire. Nous vous confirmons qu’avec un peu de persévérance et de discipline, les mauvaises sensations au niveau du dos disparaissent… À tous les praticiens de se mettre à la Yoga Thérapie ;o)

LAISSEZ UN AVIS

Entrez vos commentaires !
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.