Les automates de lavage

0
1022
autoclave

Principe de base

Dans la chaine de la stérilisation des DM la phase de lavage est une étape primordiale, car on en peut stériliser que ce qui est propre. Cette étape peut être effectuée soit manuellement soit par des automates de lavage (gain de temps et diminution des risques d’erreurs). Ces automates ont pour but d’éliminer tous type de souillure, soit par action mécanique souvent couplé à une action chimique. Les Dispositifs Médicaux (DM) doivent être à leur sortie, fonctionnels et prêts à être stérilisés, sans avoir été endommagé ! Le « GUIDE DE PREVENTION DES INFECTIONS LIEES AUX SOINS EN CHIRURGIE DENTAIRE ET EN STOMATOLOGIE » autorise un nettoyage par machine.

Comme toute machine en milieux médical, ces dernières doivent répondre à des normes et doivent être qualifiées régulièrement.

Les différentes catégories d’automate

Il existe sur le marché plusieurs catégories d’automates mais le principe de base est que pour tout nettoyage correct il faut : une action mécanique + une action chimique (détergent).
Les actions mécaniques peuvent être à base d’irrigation, d’aspersion ou d’ultrasons,
La qualité d’une désinfection thermique peut se définir par la formule de la « A0 » (défini dans la norme 15883). Plus la A0 est grand plus la désinfection est importante

Nous ne traiterons volontairement que des appareils en vente sur le marché dentaire.

1. Le Laveur ou Thermo-Laveur

Cet automate utilise l’irrigation et/ou l’aspersion et ils intègrent une phase de désinfection thermique d’où le nom de « Thermo-laveur »,. Ce type de machine est systématiquement utilisé dans le milieu hospitalier. Le premier des arguments mis en avant par les praticiens est la thermo désinfection (désinfection par la chaleur + de 93°) qui permet de réduire la charge bactérienne initiale de plus du 99%, mais ne dispense pas de la stérilisation.. Par exemple pour un plateau de 93°C pendant 10’ la A0 est de 12000. Cette catégorie de machines utilise généralement des détergents, qui ont une action chimique en plus de l’action mécanique.
Le couplage a système d’irrigation est souvent possible ce qui permet de nettoyer des rotatif par l’intérieur.
«  Attention à bien respecter les plans de chargement de ce type d’appareil pour un lavage optimum »
Il est possibilité de faire des tests de souillure pour valider la qualité du lavage.
Analyse de l’eau recommandée pour valider les réglages.
Une installation doit être faite par un installateur agréée par le fabricant.

2. Les automates à ultrason

Cet automate utilise le principe des ultrasons (action mécanique) pour le lavage et intègre une désinfection chimique pour réduire la charge bactérienne. Le calcul de la « A0 » ne peut être effectué dans ce cas.
Les premiers arguments mis en avant par les praticiens sont sa rapidité et la possibilité de nettoyer dans des zones difficile d’accès (cavité creuse ou cannelure). Certains automates ont une possibilité de couplage avec un système d’irrigation. L’inconvénient est l’impossibilité de traiter certains type de DM fragile (Rotatif, Optique, etc.)
«  Attention à bien respecter les plans de chargement de ce type d’appareil pour un lavage optimum »
Possibilité de faire des tests de souillure pour valider la qualité du lavage
Analyse de l’eau recommandée car elle permet d’affiner les réglages.
Une installation doit être fait par un installateur agréer par le fabricant

A vérifier avant achat :

• l’identification complète du fabricant (nom, adresse, etc.),
• Les appareils doivent être conformes à la CEE 93/42
• Demander le certificat de conformité du matériel du type de matériel par rapport aux normes en vigueur
• Privilégier le choix NF médical, L’autorité compétente en France pour la certification NF médical est l’AFNOR
• Demander le descriptif technique de l’appareil
• Demander le cahier des charges du fonctionnement & de l’Installation ( les besoins d’adaptation de l’équipement avec l’environnement) les risques d’interférence avec un autre matériel
• Vérifier que les systèmes de raccordements soient adaptés
• Vérifier que la surface portante soit adaptée (attention au poids !)
• Demander également à avoir le descriptif d’utilisation des détergents ou agent chimique utilisé avec l’appareil, (Vérifier s’ils correspondent bien aux normes en vigueur (EN 1040, EN 1275, EN 13727). Penser à vérifier la posologie et leur mode d’emploi.

A vérifier à la livraison :

• L’identification doit être complète (nom du fabricant, adresse, n° de série, etc.),
• Les appareils doivent être conformes à la CEE 93/42 (vérifier marquage)
• Vérifier que les numéros des Certificat de conformité du matériel correspondent au numéro de la machine
• Demander le cahier des charges du fonctionnement (mode d’emploi)
• Vérifier le bon fonctionnement de l’appareil après réglage. Faire des tests (ex. souillure)
• Vérifier la posologie des consommables (détergents, filtres, etc…).
• Exiger un PV de mise en route avec certificat de garantie.

RAPPEL : Comme toute machine en milieux médical, ces dernières doivent répondre à des normes et doivent être qualifié régulièrement.
Les dates de ces actes doivent être mentionnées.
Ces différents documents (convention, bordereau de livraison, PV d’installation, etc.) doivent être conservés dans un dossier spécifique.

Le chirurgien-dentiste a une obligation de résultat de sécurité sanitaire.
Tout appareil dit faire l’objet d’un dossier de suivi. Dossier dans lequel sera classé tous les certificats ou descriptif lié à l’appareil.
A chaque intervention pour un dépannage un test d’efficacité doit être effectué à l’issue de l’intervention et l’historique des interventions doit être notifiées et détaillées (pièces remplacées même sous garantie).

LAISSEZ UN AVIS

Entrez vos commentaires !
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.