Yoga-Thérapie n°8 – Poignets et mains

0
2689

Chez le chirurgien-dentiste, les poignets et les mains sont des zones particulièrement sollicitées, dans un mouvement répété tout au long de la journée pouvant engendrer douleurs et ankyloses.

Les poignets et les doigts sont le prolongement naturel du bras et lorsque une tension par exemple, s’installe au niveau de l’épaule que nous avons vu dans la capsule précédente, il n’est pas rare,  de la voir diffuser dans tout le bras jusqu’à son extrémité ; les structures anatomiques ne sont pas isolées les unes des autres et le processus inflammatoire parcourt en général l’ensemble du système.

Risques

Le Poignet

  • Le poignet va toujours être positionné dans les mêmes mouvements, souvent en position « cassé »
  • Toujours dans le même sens et de façon prolongé.
  • Il absorbe pour partie les vibrations de l’instrumentation mécanique.

Syndrome du canal carpien

Le syndrome du canal carpien est un syndrome très fréquent chez les chirurgiens-dentistes.

Le nerf médian est un nerf mixte assurant la sensibilité des 3 premiers doigts et une partie de la motricité du pouce. Il partage, au cours de son trajet, une zone de passage commune avec les tendons des muscles fléchisseurs des doigts : le canal carpien. C’est un tunnel inextensible formé par des structures osseuses et ligamentaires rigides de la face interne du poignet.

Lorsque pour des raisons mécaniques, l’inflammation gagne ces tendons, la tuméfaction des gaines qui en résulte occupe l’espace du canal et comprime le nerf médian à la manière d’un garrot. Le résultat est une gêne au passage des influx nerveux .

Cliniquement cela se traduit par :

  • des troubles moteurs : contrôle musculaire réduit, maladresses inhabituelles des mains, et atrophie de la base du pouce
  • des troubles sensitifs : engourdissements, fourmillements, picotements, impression de gonflement purement subjective, sensations de morsure, d’écrasement, de brûlure… et plus généralement, des douleurs pouvant devenir insupportables.

Pendant des heures, les articulations des poignées sont tenus en tension et crispés inconsciemment par le travail minutieux et précis qu’impose ce métier.

La répétition des mouvements génère des micro-traumatismes suivis de phénomènes d’usure au niveau des structures articulaires puis un risque de voir s’installer un enraidissement de l’articulation qui peut persister plusieurs mois avec beaucoup de douleurs.

Les Doigts

  • Les doigts sont également souvent crispés et fermés sur les appareils.
  • Ils doivent tout la fois assurer une prise ferme des instruments et un toucher doux de l’organe dentaire.
  • Ils absorbent eux aussi les vibrations de l’instrumentation mécanique

Arthrose des doigts

D’après la thèse sur les tensions musculo- squelettiques de Pauline Leroux, 2015, l’arthrose des doigts est très fréquente chez les chirurgiens-dentistes et en particulier chez les femmes : c’est un phénomène dégénératif d’usure des surfaces cartilagineuses due à une mobilisation intense et prolongée des articulations. Elle s’applique de ce fait aux doigts particulièrement sollicités du chirurgien-dentiste et s’exprime avec les symptômes suivants :

  • Une raideur plus intense après une période de repos
  • un manque de force pour saisir ou pincer des objets
  • Des douleurs mécaniques, c’est-à-dire provoquées et amplifiées lors des gestes répétés
  • De possibles rougeurs et gonflements

Le pouce est un doigt particulièrement vulnérable du fait de son utilisation importante dans les mouvements de préhension. Le pouce est plus à risque que les autres doigts, car la prise en pince des instruments occasionne un stress sur les deux tendons de ces deux muscles. Le plus souvent, c’est la main dominante qui en souffre la première.

Propositions :

Installez-vous des mini plages d’échauffement des poignets et des mains avant votre journée de travail. Entre chaque patient, faites des mouvements pour défaire les tensions et détendre les articulations et relâcher les tensions.

Pratique

Exercice N°1

1/ « Jeter les doigts » de façon puissante et plusieurs fois afin d’activer les circuits énergétiques. C’est un mouvement qui permet de nettoyer l’articulation, de libérer les cristallisations et de permettre à l’énergie de pouvoir circuler.

2/Rotation des poignets.
Travail d’assouplissement des articulations. Libération et détente en créant de l’espace dans les tissus.
Bien sûr, la concentration sur la qualité du souffle que l’on amène sur la zone qui travaille, est importante ainsi je respire en projetant  mentalement le souffle dans la zone concernée et j’expire en diffusant et en visualisant que je crée de l’espace, de la détente.

Exercice N°2

Etirement des poignets en extension, la main dirigée vers le haut puis vers le bas. La concentration sur la qualité du souffle que l’on amène sur la zone qui travaille, est importante ainsi je respire en projetant mentalement le souffle et j’expire en diffusant et en visualisant que je crée de l’espace, de la détente.

Exercice N°3

Enchainement de Mudra (gestes des mains) pour le plaisir et pour ressentir l’impact direct au niveau de la détente. Les gestes des mains sont utilisés depuis plus de 5000 ans la tradition yogique Comme sur les pieds, on retrouve sur les mains et les doigts des zones réflexes. Une simple pression les met en relation avec le reste du corps et du cerveau. Les pressions et les étirements sur les méridiens ont une action directe sur la circulation de l’énergie vitale.

Ouvrez, étirez, rassembler, repousser, laisser danser vos doigts, la sensibilité des mains est proportionnelle à la souplesse de l’esprit et à l’ouverture du cœur.

♥ Belle pratique ! ♥

N’hésitez pas à m’envoyer vos ressentis
ou vos questions.

mail@isabelledidry.com

LAISSEZ UN AVIS

Entrez vos commentaires !
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.